Wellington : Zealandia, le paradis des oiseaux

Autre gros gros (grooooooos) coup de cœur à Wellington, plus inattendu celui-ci. Si je suis une grande fan de musées, les oiseaux en revanche n’ont jamais été une passion dévorante. Toutefois, lors de notre voyage je me suis surprise à les observer, j’ai pris plaisir à les reconnaître peu à peu et plus encore à les photographier (avec plus ou moins de succès). Il faut dire qu’ils sont particulièrement nombreux en Nouvelle-Zélande ! C’est devenu l’un des fils rouges du voyage. Le début pour moi d’une certaine obsession… Il était donc tout naturel que nous choisissions de découvrir Zealandia pour notre second passage en ville. C’est un parc autour des oiseaux, où on peut observer des espèces rares, apprendre à les reconnaître ou découvrir leur chant. On s’est dit que c’était l’occasion de voir ceux dont on avait entendu parler et qu’on n’avait pas encore croisés dans la nature.

J’avais peur d’un effet volière. Trop d’oiseaux entassés, pas assez de nature, d’avoir l’impression de quelque chose d’artificiel. Je ne suis absolument pas une adepte des animaux en cage, j’étais donc extrêmement réticente (oui, c’est pourtant moi qui voulais y aller, je sais, je sais). Mais on m’avait assuré que c’était grand et bien fait. Je me suis laissée convaincre. Honnêtement, je crois que rien n’aurait pu me préparer à ça. Je craignais une sorte de grand zoo pour oiseaux mais j’ignorais tout et du lieu et du projet ; arrivée là-bas, l’émerveillement a donc été total. Ce n’est pas du tout ce que j’avais imaginé. C’est… grand. Très grand, gigantesque à vrai dire. Et c’est surtout un projet d’une ambition folle qui m’a mis la larme à l’œil. 225 hectares, aux portes de la ville. Une vallée peu habitée (ou pas ? ou plus ?) qui a donné une idée un peu dingue au maître des lieux : créer un sanctuaire pour oiseaux, réintroduire des espèces endémiques et en 500 ans, redonner au lieu un aspect proche de ce qu’il devait être avant l’arrivée des humains.

Le tuatara, un lézard endémique de Nouvelle-Zélande
Des oiseaux mais aussi d’autres animaux endémiques comme le tuatara

500 ans ! Le mec a un projet écologique sur 5 siècles alors que la plupart des gens ne sont même pas foutus de trier leurs déchets. Le projet lancé par Jim et Eve Lynch a à peine 25 ans et on peut déjà voir les premiers changements. Je vous jure, ça m’émeut terriblement. 18 espèces ont été réintroduites, sans compter toutes celles qui se trouvaient déjà sur place. La plupart sont en liberté. Seuls quelques oiseaux rares qui nichent au sol sont dans de grands enclos grillagés. En effet, depuis l’arrivée des colons anglais, les rongeurs prolifèrent dans le pays et détruisent les nids qui ne se trouvent pas en hauteur. Pour le moment, le grillage reste la solution de dépannage pour protéger les espèces les plus fragiles mais des solutions sont espérées pour l’avenir avec un vaste programme d’éradication des espèces nuisibles.

La première partie du parcours est bien aménagée avec des explications sur les espèces, un sentier bétonné en grande partie accessible aux personnes à mobilité réduite et des appareils qui reproduisent le chant des oiseaux pour apprendre à reconnaître les plus courants. Ensuite, si vous voulez continuer la visite, ça se fera par de petits sentiers au milieu de la forêt et presque toute trace d’aménagement disparaît, on trouve simplement quelques mangeoires pour les oiseaux ou des plateformes pour l’observation. Nous pensions passer 1h ou 2 à Zealandia, j’aurais pu y passer des jours entiers. Ne serait-ce que parce qu’il fait bon se perdre dans la nature si près de la ville. L’entrée est un peu chère mais nous n’avons pas du tout regretté notre visite !

Si un jour par miracle on devait trouver un contrat de quelques mois à Wellington (sait-on jamais !), je sais déjà que je prendrais un abonnement à l’année et que je me proposerais comme volontaire. Cet endroit est juste magique. Des oiseaux partout, une nature luxuriante, des explications intéressantes, un projet magnifique et une équipe passionnée. Evidemment j’en suis revenue avec une jolie collection de photos d’oiseaux mais surtout avec une foi en l’humanité vaguement restaurée et ça, je vous jure, j’étais bien loin de m’y attendre. Petit bonus, il y a même des vestiges de mines d’or sur les lieux, autre fil rouge de notre voyage. Quand je vous dis que c’est parfait ! Même la cafeteria est excellente (et recrutait quand nous sommes partis, je pleure encore l’idée de ne pas avoir pu m’incruster). Je vous jure, j’ai songé à reprendre des études ou militer à la LPO juste pour avoir une chance d’obtenir un stage là-bas. Vous l’aurez compris, Zealandia aura été un de mes énormes coups de cœur du voyage. Un lieu magnifique et un projet ambitieux qui m’ont beaucoup touchée et fait rêver à un monde un peu meilleur.

oiseaux se donnant la becquée

Zealandia

End of Waiapu Road
Karori, Wellington
New Zealand

Ouvert tlj de 9h à 17h (dernière entrée à 16h)

Plein tarif, $21
Visites guidées à partir de $55


Vos retours sont les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s