Zones humides : Bassiès

logo En France aussiCet article participe (avec beaucoup de retard, histoire de changer) au rendez-vous En France Aussi qui est ce mois-ci consacré aux zones humides. C’est Mitchka du blog Fish and child qui a cette fois lancé l’idée. Je vous avais déjà parlé des étangs de Bassiès il y a quelques mois. Un lieu magnifique où je me rends régulièrement. Les alentours des étangs sont classés zone humide, l’occasion pour moi de vous y amener de nouveau.

Le refuge de Bassiès se reflétant dans un étang
Refuge de Bassiès

Le terme “zones humides” désigne des terres gorgées d’eau de façon temporaire ou permanente ou recouvertes d’eaux peu profondes.

Des terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire. La végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année.

Voilà pour la définition. Les zones humides (comme leur nom l’indique) sont marquées par la forte présence de l’eau – au moins une partie de l’année. La végétation spécifique offre un bon indice pour les reconnaître, on y trouve notamment des roseaux, iris ou joncs. Le sol peut-être également refléter le caractère humide du milieu, avec notamment la présence de tourbe (d’aspect noir et fibreux). C’est justement le cas à Bassiès, en particulier entre le refuge et le premier étang (évidemment, sur les centaines de photos que j’ai du lieu, aucune de qualité potable pour illustrer mon propos…).

Je suis loin d’être une spécialiste de la question, je commence à peine à me renseigner sur le sujet. Mais on trouve une végétation typique des zones humides à Bassiès. Il y a un sol tourbeux mais aussi des joncs, des linaigrettes (une herbe haute et drue dont la fleur ressemble à du coton), des plantes insectivores comme les droséras et des mousses particulières à ce milieux, les sphaignes. Certaines espèces poussent les pieds dans l’eau comme le sparganier à feuilles étroite qui recouvre les parties peu profondes de certains étangs. Il y a aussi bien sûr une faune spécifique, notamment des libellules et des batraciens.

Les zones humides sont des milieux fragiles qu’il est important de préserver. Ils représentent des réserves importantes en eau douce, elles sont un bon régulateur en période d’inondation – mais aussi de sécheresse, elles améliorent la qualité de l’eau (grâce à des processus biochimiques qui leurs sont particuliers), elles contribuent à réduire la concentration de CO² dans l’atmosphère et maintiennent une biodiversité importante et spécifique.

Pour les protéger, veillez à ne pas vous écarter des sentiers balisés afin de ne pas abîmer la végétation très fragile qui s’y trouve. Et bien sûr, ramenez vos déchets avec vous, ne les dispersez pas dans la nature ! Aux étangs de Bassiès, des aménagements sont prévus pour cet été avec des explications sur le milieu, la faune et la flore spécifiques à la tourbière et des conseils pour les protéger. Un travail de prévention qui permettra aux randonneurs de mieux appréhender les spécificités de ce milieu et les aidera à le préserver.

Aménagement de la zone humide, Bassiès
Le futur aménagement vu d’en haut

Vos retours sont les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s